________________________________

Environnement : les Français s'y intéressent de moins en moins

Le Point - Près d'un quart des Français se désintéressent des problématiques liées à l'environnement, un chiffre en nette hausse sur un an, indique une étude rendue publique lundi six mois avant la conférence sur le climat de Paris en décembre.

article-energie-eolienne-jpg_2873654_652x284

Résumé - Près d'un quart des Français se désintéressent des problématiques liées à l'environnement, un chiffre en nette hausse sur un an.

Ils sont 23,7 % à être désengagés face aux problématiques écologiques contre 15 % l'année précédente (source: GreenFlex, en partenariat avec l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, Ademe). L'auteur de ce blog a participé à l'enquête.

Seules un cinquième des personnes interrogées (19,6 %) sont "très soucieuses des problèmes liés à l'environnement", selon cette étude. Presque autant (19,3 %) pensent qu'"agir pour l'environnement n'en vaut la peine que si cela leur fait gagner de l'argent". Elles étaient 14,4 % dans l'étude de 2014. Le nombre de personnes prêtes à faire des sacrifices dans leur vie de tous les jours pour la protection de l'environnement est tombé à 41,2 %, contre 44,5 % auparavant et 56,9 % en 2010, selon cette étude.

Les "rétractés", c'est-à-dire les personnes désengagées, sont pour la plupart (64 %) des hommes et sont "surreprésentés chez les chômeurs et les populations modestes".

***************************************

Que s'est-il passé, qui explique cette évolution catastrophique de l'opinion?

eelvC'est simple. EELV est arrivée sur le devant de la scène, d'abord en participant au gouvernement, puis en en claquant la porte (toutefois, certains, comme Placé, font une danse du ventre obscène pour y obtenir un strapontin). Le parti "vert" soutenu par Aubry au sein du PS (cette dernière voulant avant tout cirer la planche sur laquelle glisserait Hollande) a été associé à l'exécutif.

Le bilan? Quasiment aucune proposition de bon sens concernant la problématique de l'environnement. Et quand il y en eut, ce ne fut que dans le registre "écologie punitive" (taxer toujours plus, règlementer davantage au point d'empoisonner le quotidien des citoyens et des entreprises à un point qui frise la caricature- cf. entre autres la loi "logement" de Duflot, dont les décrets d'appplication d'une complexité inouïe s'étalent sur plus de quatre-vingts pages)

lig2

lig1Effectivement, les préoccupations des "chômeurs et des catégories modestes" sont éloignées de celles des bobos qui ont les moyens de payer plus cher une énergie dite propre (parce que plus l'Allemagne sort du nucléaire pourtant modestement développé chez elle, plus elle pollue, via la combustion de la pire saloperie qui soit, celle du lignite... pollution que d'ailleurs elle nous expédie gracieusement via certains vents dominants).

Ils commencent à comprendre que la sortie du nucléaire et le remplacement par des énergies "alternatives" aboutirait à un renchérissement considérable des factures qui entamerait leur pouvoir d'achat, tout comme  la compétitivité des entreprises, donc la survie de leurs emplois (le coût modeste de l'électricité française est un des derniers atouts qui demeurent). Ils commencent à comprendre, via la CSPE qui majore leur facture EDF de 6% essentiellement pour subventionner l'éolien et le photovoltaïque dont la part dans le MIX est négligeable, à quel point on est dans l'imposture.

edf

carsIls savent que quand Hidalgo et ses ayatollahs verts prétendent interdire Paris aux "vieilles" voitures polluantes, ce seront eux qui seront les premiers lésés : tout le monde n'a pas les moyens de se payer le  dernier modèle hybride, ni d'en changer tous les deux ou trois ans. Ils font preuve de bon sens et devinent sans peine que vouloir limiter la vitesse à 30km/h dans Paris - où les véhicules roulent en moyenne à 17 km-h! - ne fera que les garder plus longtemps en circulation... donc en situation de polluer.

Ils furent ahuris devant l'interdiction faite un temps d'allumer, dans le Grand Paris (jusqu'à Meaux!), un simple feu de cheminée avant sans doute celle de faire des barbecues en pleine campagne. Ils devinent sans peine que Paris étant la première ville touristique mondiale, y interdire la circulation des cars (projet Verts-Hidalgo) mettra en péril l'économie locale et donc, aggravera la situation de l'emploi... surtout quand on ne fait pas gand chose pour rendre les déplacements en transports en commun plus supportables.

zadistesIls sont fatigués des imprécations perpétuelles des intégristes de l'écologie qui ne savent que dire non à tout, même quand des centaines d'emplois sont en jeu. Si sur le plan local ils s'opposent à certains projets de développement contestables, ils admettent mal que des "Zadistes", véritables opposants professionnels aux méthodes terroristes et dont on se demande de quoi ils vivent puisqu'ils font profesion de lutter ici et là en migrant selon les conflits du moment, viennent saccager leur envionnement, y semer la crainte voire la terreur, squatter des lieux laissés en piteux états et user de méthodes inacceptables (parce que même si c'est un flic, un gendarme reste un homme, et balancer dessus des cocktails molotov et des bouteilles d'acide sulfurique, armes potentiellement létales, alors que la peine de mort est abolie, c'est un acte de terrorisme)  

Pour conclure... Il faudra des années, une bonne dose de pédagogie et de bon sens et surtout la mise à l'écart définitive de ces zozos qui font de la politique selon les pires méthodes qui soient (le suffrage universel s'en charge pour une bonne part, voir le score ridicule de Joly en 2012) pour réconcilier les citoyens et le nécessaire combat contre le réchauffement climatique, problème numéro un qui menace la survie de l'humanité à court terme (parce que quelques décennies à l'échelle de son histoire, c'est très court). L'action de ces zozos nuisibles permet à un Sarkozy, démagogue cynique s'il en est, de susurrer que "l'écologie, ça commence à bien faire" et d'y trouver avantage. Beau résultat...

benjamin borghésio