.

Quelques mois après le drame de Charlie Hebdo et de l'Hyper-Cascher, une voix salutaire a enfin le courage d'aller à contre courant de l'hystérie collective qui frappa notre pays, et qui mobilisa autour de gens dont l'indignation était sincère une majorité de manifestant excités à l'idée de pouvoir donner un exutoire à leur islamophobie franche et assumée, ou hypocrite (c'est selon)

Todd écrit en démographe, en sociologue. Et il met le doigt là où ça fait mal... on peut superposer la carte de France des plus fortes manifestations "pour défendre la laïcité" ou "le libre droit au blasphème" et celle des régions historiquement les plus rétives à ce combat pro-laïcité. Etonnant, n'est-il pas?

todd

 

Extrait des déclarations de Todd (dont le livre "qui est Charlie?" sortira le 7 mai)

chr3« Lorsqu’on se réunit à 4 millions pour dire que caricaturer la religion des autres est un droit absolu - et même un devoir ! -, et lorsque ces autres sont les gens les plus faibles de la société, on est parfaitement libre de penser qu’on est dans le bien, dans le droit, qu’on est un grand pays formidable. Mais ce n’est pas le cas. (…) Un simple coup d’œil à de tels niveaux de mobilisation évoque une pure et simple imposture.»

 «Ce sont les régions les moins républicaines par le passé qui ont le plus manifesté pour la laïcité, avouez qu’il y a là quelque chose d’étrange.»

 «La "néo-République" est cet objet sociopolitique étrange qui continue à agiter les hochets grandioses de la liberté, de l’égalité, de la fraternité qui ont rendu la France célèbre dans le monde, alors qu’en fait notre pays est devenu inégalitaire, ultraconservateur et fermé

«Il y a eu une subversion de ce qu’était la gauche française. Cette dernière, aujourd’hui dominée par le PS, est en vérité tout à fait autre chose que ce qu’elle prétend être. C’est une gauche qui n’adhère pas aux valeurs égalitaires. (…) L’agent le plus actif et le plus stable des politiques économiques qui nous ont mené au chômage de masse actuel, c’est tout de même le PS. Le franc fort, la marche forcée à l’euro, toute cette création idéologique extrêmement originale s’est faite sous Mitterrand, traînant Giscard derrière lui comme un bateleur.»

«Hollande aura eu un rôle historique : celui de révéler que la gauche pouvait se concilier avec les structures les plus inégalitaires, prouvant par là même que le système politique français est totalement détraqué.»

 «Ce qui m’inquiète n’est pas tant la poignée de déséquilibrés mentaux qui se réclament de l’Islam pour commettre des crimes, que les raisons pour lesquelles, en janvier dernier, une société est devenue totalement hystérique jusqu’à aller convoquer des gamins de 8 ans dans des commissariats de police.»

«Je ne fais pas dans l’angélisme : l’antisémitisme des banlieues doit être accepté comme un fait nouveau et indiscutable. Ce que je ne peux pas accepter cependant, c’est l’idée qui est en train de s’installer selon laquelle l’islam, par nature, serait particulièrement dangereux pour les juifs. Il n’existe qu’un continent où les juifs aient été massacrés en masse : c’est l’Europe.»

«Qu’on les laisse tranquilles, les musulmans de France. Qu’on ne leur fasse pas le coup qu’on a fait aux juifs dans les années 30 en les mettant tous dans le même sac, quel que soit leur degré d’assimilation, quel que soit ce qu’ils étaient vraiment en tant qu’êtres humains. Qu’on arrête de forcer les musulmans à se penser musulmans.

/... "La mobilisation a été du simple au double entre la France de tradition athée et révolutionnaire et cette France périphérique, historiquement antirépublicaine. Tout est religieux désormais /.... Mais tout est religieux parce que la religion s'éclipse et parce que rien ne l'a supplantée. Lorsque la religion disparaît, il y a des phénomènes de vide, des problèmes de substitution, des phénomènes de violence." »

_______________________________

 

charlie1En guise de préalable, pour les petites cervelles à quatre neurones qui ont du mal à établir des synapses entre elles... (la mise au point évitera en principe des procès d'intention, si d'aventure certains en ouvrent par mauvaise foi ou par stupidité à ce sujet, ils seront effacés sans que je me donne la peine de répondre à des gens de mauvaise foi): l'auteur est bien entendu attaché à la liberté d'expression et il considère sans la moindre équivoque que toute menace de représailles autres que par voie de justice après des écrits ou caricatures jugés offensants est condamnable sans circonstances atténuantes ; a fortiori les représailles effectives ne méritent ni indulgence ni qu'on cherche des justifications - qui plus est quand elles aboutissent à des assassinats commis de sang-froid, qui visent les auteurs des actes jugés offensants, des victimes collatérales qui n'y étaient en rien mêlées et qui plus est, d'autres sélectionnées en fonction de leur seule appartenance religieuse.

Charlie-Hebdo avait donc le droit formel d'offenser l'Islam et de choquer les Musulmans comme il en choqua d'autres. Cela dit, une fois le postulat posé, on peut s'interroger sur l'opportunité, et Todd met le doigt où ça fait mal: lorsqu’on se réunit à 4 millions pour dire que caricaturer la religion des autres est un droit absolu - et même un devoir ! -, et lorsque ces autres sont les gens les plus faibles de la société, on est parfaitement libre de penser qu’on est dans le bien, dans le droit, qu’on est un grand pays formidable. Mais ce n’est pas le cas. (…) Un simple coup d’œil à de tels niveaux de mobilisation évoque une pure et simple imposture.

Parce que, à quelques exceptions près, l'Islam de France est la religion (pratiquée ou nom) de ceux qui, au XXIe siècle, constituent l'essentiel de ce qu'on appelait il y a cent-cinquante ans les classes laborieuses, classes dangereuses: immigrés ou descendants d'immigrés parqués dans des ghettos, privés de sécurité - l'Etat se révélant incapable de lutter contre les trafics qui gangrènent les cités -, victimes de discriminations en tout genre (dans leur éducation, puis à l'embauche, pour obtenir un logement, contrôles au faciès, etc.) ce qui amène les mêmes conséquences qu'au temps de ces classes dangereuses précédemment évoquées: effectivement, elles fournissent un taux de délinquants supérieur à la moyenne nationale - ce qu'on peut clamer en oubliant que les premières victimes de ces classes dangereuses sont justement les classes laborieuses (que l'on soit bien clair, une fois encore: expliquer n'est pas excuser, la preuve étant que l'immense majorité de ces Français issus de l'immigration ne sont pas des délinquants, mais les premières victimes de la délinquance (on est infiniment plus protégé à Neuilly qu'à Bobigny)

Alors quand on se veut résolument non conformiste, progressiste, qu'on prétend défendre certaines valeurs, même si on a légalement le droit au blasphème, s'en prendre de manière répétitive aux maillons les plus faibles, les plus fragilisés de notre société est paradoxal. Certes le descendant du journal bête et méchant Hara Kiri a aussi cogné sur la fachosphère... Mais que chaque couverture de CH traitant de l'Islam ait eu pour conséquence un net rebond de ses ventes... les clients occasionnels étant justement les membres de cette fachosphère (ah, ce bistrot qui ferma récemment, incarnation s'il en était de la dite fachosphère, que je fréquentais par curiosité sociologique, où on ricanait grassement en matant ces couvertures!)

Net rebond des ventes? Alors que l'hebdomadaire était depuis des années au bord du dépôt de bilan, on a appris récemment que le fameux numéro qui reproduisit les caricatures danoises à l'origine de la polémique a permis à ses premiers actionnaires et collaborateurs d'empocher chacun quelques dizaines de milliers d'euros (un autre choix possible eut été de les laisser dans le fond de réserve d'une entreprise coopérative qui cavalait après de la trésorerie). Faut-il parler aussi de ces rats qui quittèrent le navire il y a quelques mois ou quelques années et qui sont revenus (ou tentent de revenir) dès lors que la souscription ouverte sous le coup de l'émotion en fait àce jour un des titres les plus riches, et qui a gagné des dizaines de milliers d'abonnés? Certes ces considérations sont triviales, mais elles jettent une ombre sur la belle image d'Epinal qu'on a voulu nous offrir le 11 janvier. Je suis d'autant plus fondé à le dire, que tout en fulminant fréquemment contre le contenu de Charlie, j'y étais abonné au nom du maintien du pluralisme!

Sinon, en vrac...

Quid de ces mairies FN (mais pas que) où on érige la laïcité en dogme absolu tout en implantant des crèches de Noël dans les mairies - bâtiments républicains s'il en est! - ou bien de ces municipalités qui remettent au gout du jour la messe inaugurale avant les grandes manifestations culturelles? C'est là qu'on était souvent très "Charlie!" le 11 janvier!

Quid de l'UMP (qui va bientôt s'arroger le monopole du républicanisme) soi-disant "plus laïque que moi tu meurs", quand on se souvient des combats du RPR - dont elle est l'enfant - pour défendre "l'école libre" en s'opposant frontalement à l'idée laïque, dont le leader asséna que le curé, le pasteur ou le rabbin (mais curieusement pas l'imam) seraient toujours supérieurs à l'instituteur dans la tâche éducative?

Alors oui, le 11 janvier réunit des gens sincèrement épouvantés par l'horreur des crimes commis, par la légitime inquiétude devant les menaces apportées au pluralisme et à la liberté d'expression. Mais ils furent noyés, débordés par une masse de faux-culs, d'hypocrites (comme ceux qui aboyaient contre Charlie quand il titrait sur le Pape ou les curés pédocriminels), le tout dans une atmosphère d'hystérie collective. 

benjamin borghésio