(Source: un excellent article de France Guyane qui pose les vraies questions)

FG orpaillageIconographie France-Guyane

 

391840_capture-d-ecran-realisee-le-1er-aout-2012-d-une-video-de-la-police-bresilienne-montrant-le-chef-de-bande-manoelzinhoLa hausse du nombre de chantiers d'orpaillage clandestin comptabilisés entre septembre 2011 et juillet dernier sur le territoire du Parc amazonien de Guyane (PAG) se monte à +120%, puisqu'on est passé de 52 chantiers recensés en septembre 2011 à 114 en juillet 2013. Entre temps, l'assassinat de deux militaires français par le psychopathe Manoelzinho (à gauche) aurait dû conduire à des actions toujours plus vigoureuses sur le terrain, pour asseoir la légitimité républicaine et reprendre le terrain sur des zones de non droit... Tout semble indiquer qu'on envoie le message inverse! (source FG)

France-Guyane précise les sources des données publiées: un rapport confidentiel édité par le Parc amazonien de Guyane (PAG) en juillet, que [nous] le journal a consulté.
La situation n'est guère différente même si la hausse est proportionnellement moins élevée: dans la zone administrée par l'ONF, on atteint aussi des records. "Il y avait 700 sites d'orpaillage clandestin repérés en 2012 alors qu'on tourne autour de 400 à 600 chantiers maximum" (citation F.G).

Cela pourrait même être pire:  si l'on en croit le rapport du PAG, les chiffres avancés sont "sous-évalués compte tenu des effets de camouflage et de dispersion". Le Parc s'inquiète de l'aggravation de la situation qui pourrait gêner l'adoption de sa charte par les populations et les mairies. Ces résultats, dit le rapport, [...] sont des plus problématiques car les impacts sont très préjudiciables aux populations ainsi que pour la charte du PAG."

guyaneEffectivement... Comment, au nom du respect de l'écologie, prétendre interdire à des Amérindiens de chasser selon leurs coutumes ancestrales en limitant autoritairement leurs prélèvements sur le biotope tout en laissant faire des garimpeiros présents illégalement et qui détruisent leurs rivières comme leurs forêts?

Le problème se pose depuis plus de vingt ans (avant, l'orpaillage était devenu résiduel en Guyane avant que la hausse des cours associée à de nouvelles techniques d'extraction n'aient rendu rentables des sites abandonnés depuis des décennies)

Le lancement de la mission interministérielle Harpie en février 2008 (qui faisait suite à d'autres missions connues sous d'autres acronymes) a permis "de stopper l'évolution très forte" avant une nette décrue à partir d'avril 2010 pour atteindre un chiffre historiquement bas en septembre 2011. Mais l'orpaillage clandestin est reparti à la hausse depuis mars 2012, sous l'effet de la hausse du cours du gramme d'or sur les marchés internationaux... associée à d'autre facteurs, dont un facteur politique. On dira que si les résultats de Harpie avec Sarkozy comme Ministre de l'Intérieur furent médiocres, les mêmes avec le Président Sarkozy allaient dans le bon sens et avec Hollande, sa Garde des Sceaux pourtant guyanaise et son ministre de l'intérieur Valls, tous les efforts précédents sont anéantis.

1720025Manifestement, la "gauche" se désintéresse de Harpie.  Ce qui pousse les acteurs de terrain à se poser la question de savoir s'il y a encore "une volonté gouvernementale de lutter contre l'orpaillage clandestin"  (FG) Pour Manuel Valls, la priorité a été donnée dans la lutte contre la délinquance sur le littoral guyanais en faisant monter en puissance les zones de sécurité prioritaire (ZSP) et au cours de sa visite en mars 2013, le ministre de l'Intérieur a d'ailleurs très peu parlé de la lutte contre l'orpaillage clandestin. Mais comment peut-on envisager de mener un combat contre un autre et pas un combat en symbiose avec l'autre? Est-ce qu'en France on cesserait de lutter contre la criminalité parisienne sous prétexte que celle de Marseille attire l'attention?

Harpie doit-elle être repensée? C'est ce que disait le nouveau patron des gendarmes de Guyane dans un entretien paru sur le site internet du journal (lien): "On sent qu'on arrive à la fin d'un cycle et il va falloir qu'on revisite le dispositif", et la remise en cause peut être favorisée par les changements, dans un intervalle de temps rapproché, du gouvernement, du préfet et du chef des gendarmes (entre autres). Les langues se délient. Même si cela demeure timide. Et anonyme. (FG)

« ON A PLUS DE MOYENS QU'EN 2008 »

8668_unePremière certitude à être discutée : la question de la coopération avec les voisins. Un expert balaie d'un revers de main. "Il faut arrêter avec la coopération. Il faut arrêter d'attribuer aux pays voisins nos propres dysfonctionnements. Harpie, c'est avant tout une mission de souveraineté nationale." (FG) Effectivement! Le Brésil nous sollicite-il pour contribuer à la lutte contre la délinquance dans l'Etat de l'Amapa, alors qu'une des raisons de cette dernière est la présence à ses frontières d'un territoire (français) où le pouvoir d'achat moyen est dix fois plus élevé?
Autre certitude remise à plat : le manque de moyens (cette éternelle antienne serinée en Guyane pour excuser tout et n'importe quoi). "Ce n'est pas le problème, dit un commentateur. On a plus de moyens dans Harpie aujourd'hui qu'en 2008 et pourtant les résultats sont moins bons. On avait à l'époque 200 heures de potentiel d'hélicoptère par an. On en a 2.000 aujourd'hui!" et la question fait si peu débat que personne n'est capable de préciser le coût annuel de Harpie.

20041002_SiteOrpaillage_014_600On "ne peut pas" intervenir facilement dans la jungle. Mais les clandestins peuvent y monter des machines de cette taille (et même de bien plus importantes), à des centaines de kilomètres du littoral.

L'orpaillage illégal en chiffres (sources, FG)
Nombre de garimpeiros : 15 000 (évaluation 2013)
Or extrait : 13 tonnes (2013)
Or saisi par les autorités : 8 kg (2012) NDA : On a posé la question de ce différentiel colossal, sans fournir la réponse. Du moins, officiellement.
Coût Harpie : 10 millions d'euros (2010)
Nombre de soldats affectés à Harpie : 400
Nombre de gendarmes affectés à Harpie : 170
Méthode de calcul. Trois fois par an, le Parc amazonien fait des repérages par hélicoptère de sa zone pour évaluer l'évolution de l'orpaillage clandestin. Ce travail est complété par des agents au sol.
L'unité est le "chantier" . Quand il s'agit d'or alluvionnaire récolté dans les criques, un chantier est constitué de deux moteurs. Quand il s'agit d'or primaire, recueillis sous terre, un chantier est composé de plusieurs puits. Leur nombre peut aller jusqu'à vingt. La prochaine campagne de reconnaissance aura lieu en novembre.

benjamin borghésio, qui tire un coup de chapeau à France-Guyane, Média qu'il n'hésite pas à critiquer quand il le croit utile. Mais les révélations sur ce rapport, c'est du lourd.